Print

Les Nouveaux rapports de forces internationaux

TPL_IN
TPL_ON
Hits: 1911


 

Abdou ABDOU

 

 

Cette communication a pour  objectif d'initier un débat autour de deux messages forts:

-Comment l’Afrique, l’Amérique Latine et l’Asie doivent –ils se  positionner sur le nouvel échiquier mondial pour éviter la marginalisation. 

-Apports (coopération) de l’Amérique Latine aux pays africains et vis versa pour avoir une place de choix dans le nouvel échiquier mondial.

 

 

 

1.Le nouveau désordre international est attribué en partie  à l'effondrement de l'URSS. Cet effondrement a eu des conséquences dans le monde ex-soviétique, en Europe,  à l'échelle mondiale et en Afrique. Les conséquences sont économiques, politiques et militaires.

 

1.1 Dans la décomposition/recomposition  mondiale en cours , l'Afrique a connu une accélération politique ( démocratie , multipartisme etc..) et une résurgence des crises (intégrisme ,ethnicisme )

 

1.2 La nouvelle donne  stratégique mondiale se caractérise par:

            -un monde de violence, des conflits internes, une stabilité internationale, une planète devenue une vraie poudrière            (prolifération atomique). Cette situation paradoxale  du      monde (stabilité internationale et conflits internes) est             due à:

            - un désir de paix mondiale

            - la prééminence de la suprématie Américaine

            - l'échec des guerres.

            - l'absence d'Etat correspondant à la mondialisation

            - des références identitaires

 

1.3 Si le type de guerre classique a disparu dans l'espace mondial, des guerres civiles, économiques et psychologiques qu'on n'arrive pas à arrêter continuent de faire rage dans les espaces nationaux. L'instauration de la paix devient difficile malgré l'existence de tous les atouts pour ce faire.

 

1.4 Aujourd'hui on est dans une situation de rupture d'un modèle d'accumulation et de régulation dans lequel il  y avait une coïncidence entre l'espace d'accumulation et celui  de la gestion politique de conflits (entre 1945 et 1970). La juxtaposition de la mondialisation de l'accumulation et l'absence d'un Etat qui lui corresponde crée un nouveau modèle instable dans lequel les centres exercent un contrôle monopolistique dans cinq domaines essentielles (création et développement technologique, financement et émission des devises, accès au ressources naturelles, les communications et les média, les armes de destructions massives).

 

2. Les Facteurs qui sont à l'origine des bouleversements des relations internationales et qui sont à la base du modèle décrit plus haut sont au nombre de quatre:

-progrès technique (révolution industrielle: sidérurgie, pétrole/chimie, informatique/nucléaire) ;

-Division internationale de travail

-apparition de plusieurs pôles économiques

-planétarisation du libéralisme et intégration dans le marché mondial avec comme conséquence une explosion des échanges internationaux ainsi qu'une croissance des investissements avec leur corollaire : transmission internationale des phénomènes économiques, accélération de la politique des changements  institutionnels (apparition de l'OMC à la place du GATT).

 

3. Les différents bouleversements mondiaux et les difficultés rencontrées pour juguler les crises amènent certains  analystes à proposer des pistes dont : une  réflexion sur le nécessaire changement des objectifs et rôle de l'ONU , structure mondiale dont la mission est la restauration /consolidation de la paix mondiale entre autres mais qui aujourd'hui est incapable de mener à bien cette mission.( ONU des peuples à la place d'une ONU des nations  !!?).

 

4. Dans la mondialisation  de l'accumulation le sort de l'Afrique tend vers la marginalisation car:

 -l'expansion si elle a lieu est fondée  sur le modèle d'agriculture vivrière  de faible productivité et de spécialisation primaire.

-lorsqu'il y a industrialisation c'est en dehors des exigences de la compétitivité sur le marché mondial

-le continent  est en proie à la paupérisation croissante  et à une incapacité d'absorber sa main d’oeuvre.

 

4.1 La situation ci dessus a fait naître un afro pessimisme nocif qu'il faut vaincre.

 

4.2 Il y a lieu de développer économiquement et politiquement un afro optimisme. C'est ce message  d'espoir que nous voulons porter à nos camarades africains, latino américains et asiatiques en indiquant que les rapports de coopération Amérique latine ( Vénézuela  particulièrement ) , Asie sont porteurs d'espoir car:

- L’amérique Latine au vu de ses ressources et de sa volonté de participer à la construction d’un monde meilleur et équitables  pourrait fournir à  l’Afrique, les ressources financières nécessaires  et sans condition  pour son développement  par le bais d’une diplomatie au sommet,

 

Il faut  noter que le sort de l’Amérique Latine est lié à celui des autres pays pauvres et oppressés et que malgré ses ressources actuelles, elle ne pourra pas être une puissance sans l’Afrique et l’Asie d'une part , mais d'autre part,aujourd'hui particulièrement  elle se trouve, à une croisée de chemin où elle doit arbitrer entre son projet et ses moyens, entre le tropisme africain/asiatique et Américain /européen.

 

5. S’agissant de l'arbitrage du tropisme Afrique/Asie Europe/Amérique  , il faut savoir que l'Europe/Amérique  doivent s'adapter à la nouvelle donne mondiale  et le défi pour eux est : s'ouvrir , et s'adapter. Dans ce contexte, la question de l'association UE-ACP( 15 pays européens avec 70 pays d'Afrique Caraïbes et Pacifique), UE-Amérique  Latine , UE-Asie etc  devra trouver des réponses dans l'adaptation des instruments préférentiels( STABEX, SYSMIN, Transferts des Fonds..) aux exigences de la mondialisation ainsi que dans l'amélioration du dialogue politique.

 

6.En l'absence d'un Etat correspondant à la mondialisation, les conséquences du désordre mondiale dans son aspects conflits sont pris en charge par l'humanitaire qui prend de plus en plus de l'ampleur. Les agents d'exécution des opérations humanitaires sont les ONG, les associations, etc. Les conflits qui sont souvent politiques nécessitent des solutions politiques  mais comme l'humanitaire ne doit pas définir la politique il est limité dans ses interventions.

 

7.Le nouveau désordre mondial donne sa configuration à une nouvelle géopolitique des crises : montée des phénomènes perturbateurs dans un contexte devenu particulier ( grand essor démographique dans certaines régions du monde, urbanisation croissante avec création de centres de violence, besoins d'éducation et d'adaptation du fait de la forte utilisation du virtuel, menace sur la nature et épuisement de ressources naturelles, la globalisation des échanges, une inter-dépendance accrue, et enfin la prolifération des armes ).

 

8. Au bipolarisme Est/Ouest et à la sécurité permanente par dissuasion réciproque a maintenant succédé une configuration Nord/Sud des conflits. Le cadre de cette nouvelle configuration est le suivant:

- émergence de nouveaux acteurs (réseaux, bandes, associations qui sont transnationaux) juxtaposés à l'Etat classique et qui échappent au contrôle de ce dernier.

           

- émergence à l'intérieur des pays, du fait de la décomposition de l’Etat, d’agitateurs aux solutions simplistes, sans modération et tournés vers la violence.

 

-changement de la nature des conflits (Les conflits nouveaux        ne sont plus l'oeuvre directe des Etats, mais des individus ou groupes; Tout en ayant un sous bassement fondamentalement économique, ils  sont de plus en plus culturels-particularismes , intégrismes ;la frontière entre la responsabilité de l'Etat et celle des individus n'est plus nette ).

 

Cette nouvelle situation dévoile de plus en plus les limites de l'ONU, structure qui a été conçue dans une optique de conflits classiques entre Etats.

 

-Concentration de la plupart des violences/conflit dans des zones grises toujours au Sud  par ailleurs, malgré l’interdépendance incontestable entre le Nord et le Sud

 

9.La sécurité du monde doit passer par :

-la nécessaire stabilisation des Etats "dangereux" qu’ils soient du Nord ou du Sud  ( par une diplomatie préventive qui doit se faire à travers un partenariat renforcé basée sur les intérêts de toutes les parties

 

-par l'élévation du  niveau de vie des population étant donné que la démocratie n'a  pas de prédisposition à la consolidation de la paix ( la guerre de sécession a été déclarée aux Etats Unis au XIXème siècle dans une période démocratique).

 

 

 

 

10 L'Apparition des bouleversements mondiaux et les problèmes monétaires au USA  à amené ce pays  au Nixon Round (inconvertibilité du dollars en or).

 

10.1 Par ce fait le FMI a pratiquement été mis à la touche de sa fonction initiale qui est le contrôle/régulation de la politique monétaire mondiale (depuis 1972,le FMI n'a plus le rôle purement technique qu'il avait à l'origine et qui consistait à l'arbitrage contre les dévaluations sauvages des monnaies).

 

10.2 Le système monétaire international s'est déréglé depuis le Nixon Round  avec les conséquences suivantes:

-En 1973, le prix du pétrole est multiplié par 4 par les pays de l'OPEP; puis en 1975 à l'occasion de la guerre            IRAN/IRAK, le prix du pétrole à de nouveau été multiplié par deux (2). La crise du pétrole va ainsi résulter en un surplus de pétrodollars que les banques occidentales vont s'empresser de placer dans les pays en développement.

 

10.3 En 1980, Reagan est élu aux Etats Unis et dans le cadre de sa politique de réduction des impôts, lance une vaste opération d'emprunt pour combler son déficit budgétaire et effectue donc une large ponction sur les réserves financières mondiales.

 

10.4 La politique de Reagan eu comme conséquence une forte augmentation du taux d'intérêt et du taux de dollars. Plusieurs pays en développement se trouvent alors dans l'incapacité de supporter le service de la dette. C'est à partir de ce moment que le FMI se trouve à jouer le  rôle  de mise en place de politiques d'ajustement structurel tournées principalement vers la promotion des exportations et la réduction de la consommation interne. Ces politiques, du fait de leur coût social très élevé, aussi bien pour les pays en développement que pour les pays industrialisés ont été un échec et ont due être modulées.

 

10.5 Les recettes du FMI (ajustement structurel) on échoué dans les pays Africains. Ceci serait dû à la culture Africaine et sa conception de l'Etat (généreux)!?. De toutes les façons les  pays Africains/latino américain ou asiatique devraient s'unir face au FMI pour négocier des programmes qui correspondent mieux à leurs réalités.

 

IBRO ABDOU

Directeur de ISEP